espace
Titre Nozamis les chats

Alimentation du chat adulte en bonne santé



Besoins alimentaires du chat

Besoins énergétiques 

Les besoins énergétiques dépendent en premier lieu du mode de vie du chat : un chat sédentaire, qui ne peut ou n'aime pas sortir et passe une grande partie de son temps sans bouger a logiquement des besoins énergétiques moins importants qu'un chat qui sort et a une grande activité (jeux, chasse, etc.). Pour chaque chat il n'est pas rare que son activité présente des variations saisonnières (en particulier pour les chats non castrés) : même s'il sort beaucoup pendant la belle saison, il aura tendance à se sédentariser en hiver. Il faut donc en tenir compte en augmentant ou diminuant l'apport énergétique de sa ration en fonction de ces variations.

Ces besoins énergétiques sont également déterminé par certains états physiologiques individuels : par rapport à un chat adulte ne présentant pas de particularités physiologiques, une chatte gestante et surtout allaitante a des besoins accrus ; au contraire, le métabolisme d'un chat castré ou d'un chat vieillissant se ralenti et leurs besoins sont moins élevés.
L'apport énergétique d'une ration peut être modifié (augmentation ou diminution) en jouant sur la quantité d'aliment distribué ou en adaptant la composition de cet aliment afin de modifier sa concentration énergétique. 

Besoins en nutriments 

Pour le chat, une alimentation équilibrée doit apporter en particulier des protéines, des lipides, des vitamines et des minéraux.
- Les besoins en protéine chez le chat sont plus élevés que chez le chien. Ces protéines participent à la construction de l'organisme (muscles, squelette, etc.). Un apport en taurine est indispensable ; cet acide aminé est uniquement contenu dans les protéines d'origine animale. Sa carence peut être à l'origine de troubles oculaires et cardiaques.
- Les lipides (qui constituent les graisses, aussi bien animales que végétales) sont la principale source d'énergie pour le chat. Ils participent également à la synthèse des membranes cellulaires, de certaines hormones, etc. L'apport en acides gras insaturés d'origine animale que le chat ne peut synthétiser est nécessaire (acide arachidonique).
- Les vitamines et les minéraux interviennent dans de nombreuses fonctions métaboliques.
Leurs carences, mais parfois aussi, les excès peuvent être nocifs.
- Un apport spécifique en glucides n'est pas indispensable chez le chat. En outre, le métabolisme de cette espèce ne permet pas une bonne utilisation des sucres simples (glucose, saccharose, etc.).



[168] en 0.16 s.
Retour haut de page